Taux d'intérêts immobiliers

Taux fixes moyens de marché des crédits immobiliers - Données actualisées au 03/04/2020
Durées de crédit Taux moyens
7 ans 0,70 %
10 ans 0,85 %
15 ans 1,20 %
20 ans 1,40 %
25 ans 1,60 %
30 ans 1,85 %
(*) Mise à jour effectuée le 03/04/2020 . Taux hors assurance obligatoire et optionnelle. Taux moyens de marché (avec 20% d'apport), calculés sur les relevés des courtiers en crédits immobiliers. Données indicatives uniquement.

Taux crédits consommation

Liste non exhaustive des offres de crédits à la consommation
Établissements Taux d'appel - TAEG Fixes (1)
ONEY (ex. Banque Accord) 0.70 %
YOUNITED CREDIT 0.90 %
(1) Taux d'appel hors assurance obligatoire et optionnelle. Données indicatives uniquement. Le taux d'appel représente le meilleur taux possible pour une durée et un montant donné, le taux TAEG fixe proposé varie en fonction du montant et de la durée d'emprunt.
Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.



Chauffage : les arguments du gaz entendus, selon la patronne d’Engie

Les arguments en faveur du chauffage au gaz dans les bâtiments neufs commencent à être entendus par le gouvernement, qui doit bientôt dévoiler une nouvelle réglementation dans ce domaine, a assuré lundi la directrice générale d’Engie, Isabelle Kocher.

Publié le

Chauffage : les arguments du gaz "entendus", selon la patronne d’Engie

"Je crois que nous commençons à être entendus sur ce sujet", a-t-elle déclarédevant des journalistes lors d’un séminaire de presse.

"La discussion n’est pas terminée, je pense que l’impact sur la facture des gens c’est quelque chose que le gouvernement a en tête. Il est bien clair que le sujet du pouvoir d’achat est devenu absolument central aujourd’hui", a-t-elle estimé.

Les secteurs de l’énergie et du BTP attendent avec impatience la nouvelle réglementation environnementale 2020 qui doit succéder l’an prochain à l’actuelle réglementation thermique 2012 (RT 2012) pour le bâtiment.

L’administration a dans un premier temps proposé des modifications qui pourraient favoriser le retour en force du chauffage électrique dans les bâtiments neufs, selon certains observateurs. Un changement redouté par les entreprises du secteur gazier, au premier rang desquelles Engie.

"Le chauffage électrique, ça coûte plus cher que le chauffage au gaz, c’est prouvé", a assuré Isabelle Kocher.

"Pousser le chauffage électrique, pousser les grille-pains comme on les appelle, ça veut dire une facture plus élevée pour les consommateurs dès aujourd’hui et en plus ça veut dire une pointe électrique plus difficile à gérer dans les systèmes de demain", selon elle.

jmi/tq/eb

A lire également