Taux d'intérêts immobiliers


Taux fixes moyens de marché des crédits immobiliers - Données actualisées au 06/10/2020
Durées de crédit Taux moyens
7 ans 0,80 %
10 ans 0,85 %
15 ans 1,05 %
20 ans 1,25 %
25 ans 1,50 %
30 ans 2,00 %
(*) Mise à jour effectuée le 06/10/2020 . Taux hors assurance obligatoire et optionnelle. Taux moyens de marché (avec 20% d'apport), calculés sur les relevés des courtiers en crédits immobiliers. Données indicatives uniquement.

Taux crédits consommation

Liste non exhaustive des offres de crédits à la consommation
Établissements Taux d'appel - TAEG Fixes (1)
YOUNITED CREDIT 0.10 %
ONEY (ex. Banque Accord) 0.70 %
(1) Taux d'appel hors assurance obligatoire et optionnelle. Données indicatives uniquement. Le taux d'appel représente le meilleur taux possible pour une durée et un montant donné, le taux TAEG fixe proposé varie en fonction du montant et de la durée d'emprunt.
Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.



Coronavirus : les commerçants demandent l’annulation des loyers

Des fédérations représentant les acteurs du commerce ont demandé mercredi l’annulation des loyers et des charges pendant la période de fermeture des magasins en raison de la pandémie de Covid-19.

Publié le

Coronavirus : les commerçants demandent l’annulation des loyers

"De très nombreux commerçants n’ont plus aucune activité dans leurs magasins depuis le 15mars", soulignent dans un communiqué commun l’Alliance du commerce, la Fédération du commerce coopératif et associé , la Fédération française de la franchise (FFF), la Fédération nationale de l’habillement (FNH) et Procos.

Ainsi, ces entreprises "font face à d’importants besoins de trésorerie et mettent tout en oeuvre pour sauver les emplois".

Dans ce contexte, ces cinq organismes réclament "l’annulation pure et simple des loyers et des charges pour la durée de la fermeture des commerces". Pour ceux restés ouverts, ils souhaitent également que le montant des loyers soit adapté à "l’activité réelle".

"Les bailleurs doivent comprendre que la survie de leurs locataires et des différents points de vente est en jeu", insistent les fédérations qui appellent également "les pouvoirs publics à mettre en place des aides aux propriétairesbailleurs".

Lundi, le président Emmanuel Macron a promis un soutien massif de l’État pour éviter des faillites d’entreprises et des licenciements massifs dus au marasme engendré par l’épidémie de coronavirus, qui met une grande partie de l’économie à l’arrêt.

Pour les petites entreprises, le président a pris des mesures ciblées, après celles déjà annoncées de report de charges sociales et fiscales, et de chômage partiel pris en charge au-delà du Smic.

"Les factures d’eau, de gaz, d’électricité ainsi que les loyers devront être suspendus" pources entreprises, a-t-il notamment indiqué.

Lundi aussi, le Conseil national des centres commerciaux (CNCC) a recommandé à ses adhérents bailleurs de suspendre "temporairement" le recouvrement des loyers et des charges du mois d’avril, "dans l’attente des décisions qui seront prises par le gouvernement" d’ici-là.

La foncière Ceetrus, propriété du groupe français Auchan Holding, a déjà indiqué mardi qu’elle allait suivre la recommandation concernant les magasins fermés.

De leur côté, parmi les grandes foncières commerciales, Klépierre et Unibail-Rodamco-Westfield (URW) n’ont pas précisé ce qu’elles envisageaient de faire.

"A ce stade, il est trop tôt pour évaluer l’incidence de ces fermetures administratives sur les obligations contractuelles des locataires du groupe", a notamment estimé Klépierre dans un communiqué publié mardi.

Même constat du côté d’URW, qui précise avoir démarré un "dialogue actif" avec ses locataires pour évaluer comment faire face à cette situation sans précédent.

vac/jdy/tq/nth

A lire également