Taux d'intérêts immobiliers

Taux fixes moyens de marché des crédits immobiliers - Données actualisées au 05/02/2020
Durées de crédit Taux moyens
7 ans 0,65 %
10 ans 0,80 %
15 ans 1,00 %
20 ans 1,15 %
25 ans 1,40 %
30 ans 1,75 %
(*) Mise à jour effectuée le 05/02/2020 . Taux hors assurance obligatoire et optionnelle. Taux moyens de marché (avec 20% d'apport), calculés sur les relevés des courtiers en crédits immobiliers. Données indicatives uniquement.

Taux crédits consommation

Liste non exhaustive des offres de crédits à la consommation
Établissements Taux d'appel - TAEG Fixes (1)
ONEY (ex. Banque Accord) 0.70 %
YOUNITED CREDIT 0.90 %
(1) Taux d'appel hors assurance obligatoire et optionnelle. Données indicatives uniquement. Le taux d'appel représente le meilleur taux possible pour une durée et un montant donné, le taux TAEG fixe proposé varie en fonction du montant et de la durée d'emprunt.
Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.



CORRIGÉ : Rénovation urbaine : 5 milliards débloqués en six mois (gouvernement)

Les grues reviennent dans nos quartiers : cinq milliards d’euros ontété engagés par l’agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU), a annoncé mercredi le gouvernement, lors d’un bilan un an après l’annonce par Emmanuel Macron de mesures pour les quartiers défavorisés.

Publié le

CORRIGÉ : Rénovation urbaine : 5 milliards débloqués en six mois (gouvernement)

"Nous avons profondément accéléré les choses. En six mois, c’est plus de cinq milliards d’euros qui ont été engagés dans l’ANRU", a déclaré le ministre de la Cohésion des territoires, Julien Denormandie, lors d’un point de presse à l’issue du Conseil des ministres.

"C’est plusieurs centaines d’écoles, plusieurs dizaines de milliers de nouveaux logements qui ont été rénovés. Ce sont autant de projets qui aujourd’hui sont engagés", a-t-il ajouté. "Les grues reviennent effectivement dans nos quartiers".

M. Denormandie s’exprimait un an jour pour jour après l’annonce par le président de la République d’une série de mesures pourles quartiers, issues en partie d’un rapport piloté par l’ancien ministre de la Cohésion sociale de Jacques Chirac, Jean-Louis Borloo.

Les annonces du chef de l’Etat, qui avait réuni pour l’occasion plus de 600 acteurs de terrain et presque tout le gouvernement dans la salle des fêtesde l’Elysée, avaient déçu les élus des quartiers prioritaires, où vivent 5,4 millions d’habitants.

Le ministre de la Cohésion des territoires s’est félicité mercredi que "33.000 offres de stages" venant de la fonction publique et du privé aient été proposées aux élèves de 3e, comme s’y était engagé le chef de l’Etat. "8.000 ont été pourvues", a ajouté M. Denormandie.

Il a aussi souligné que "190.000 élèves" ont bénéficié du dédoublement des classes de CP et CE1 dans le réseau d’éducation prioritaire, une promesse de campagne de M. Macron mais dont la mise en oeuvre présente des difficultés dans certains territoires comme la Seine-Saint-Denis.

"A la rentrée, ce sera plus de 300.000 élèves qui en bénéficieront", a promis M. Denormandie.

Il a aussi évoqué un "renforcement du dispositif des emplois francs", destiné à favoriser l’embauche dans les quartiers prioritaires, où le taux de chômage est deux fois et demi plus élevé qu’à l’échelle nationale.

Au 10 mars, seuls 4.544 contrats avaient été signés alors que l’exécutif s’était initialement fixé un objectif de 12.000 à 15.000 contrats pour 2018, et 40.000 fin 2019. Mi-mars, le gouvernement avait dit tabler désormais sur 20.000 bénéficiaires fin 2019.

Sans revenir sur les autres mesures promises en mai 2018, comme les "30.000 places en crèche" pour favoriser le travail des femmes, Julien Denormandie a annoncéqu’une réunion aurait lieu le 13 juin à Paris, en présence notamment d’élus locaux et d’associations. Elle doit donner lieu à une "restitution précise" des engagements pris et "tracer la feuille de route" des mois à venir, a-t-il dit.

A lire également