Taux d'intérêts immobiliers


Taux fixes moyens de marché des crédits immobiliers - Données actualisées au 03/07/2019
Durées de crédit Taux moyens
7 ans 0,70 %
10 ans 0,85 %
15 ans 1,10 %
20 ans 1,25 %
25 ans 1,50 %
30 ans 1,80 %
(*) Mise à jour effectuée le 03/07/2019 . Taux hors assurance obligatoire et optionnelle. Taux moyens de marché (avec 20% d'apport), calculés sur les relevés des courtiers en crédits immobiliers. Données indicatives uniquement.

Taux crédits consommation

Liste non exhaustive des offres de crédits à la consommation
Établissements Taux d'appel - TAEG Fixes (1)
ONEY (ex. Banque Accord) 0.70 %
YOUNITED CREDIT 0.90 %
(1) Taux d'appel hors assurance obligatoire et optionnelle. Données indicatives uniquement. Le taux d'appel représente le meilleur taux possible pour une durée et un montant donné, le taux TAEG fixe proposé varie en fonction du montant et de la durée d'emprunt.
Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.



Crédits immobiliers : les taux tombent à un nouveau record en juillet en France

Le taux d’intérêt moyen des crédits immobiliers aux particuliers est tombé en juillet à un niveau jamais vu en France après avoir déjà battu un record les deux mois précédents, montre mardi l’étude mensuelle de référence sur le sujet.

Publié le

Crédits immobiliers : les taux tombent à un nouveau record en juillet en France

"Les taux des crédits immobiliers baissent toujours, pour s’établir à des niveaux jamais observés jusqu’alors", a résumé dans un communiqué l’observatoire Crédit Logement/CSA. Le premier organisme regroupe les principales banques françaises, le second est un institut d’études de marché.

"En s’établissant à 1,20% en juillet, les taux des crédits immobiliers étaient presque cinq fois moins importants qu’au début des années 2000... Et 12 fois moins élevés qu’à la fin des années 80 !", souligne l’organisme.

Depuis plusieurs années, les crédits immobiliers sont accordés à des taux particulièrement bas en France, en premier lieu parce qu’ils répercutent la politique monétaire historiquement accommodante de la Banque centrale européenne .

Ils ont marqué une nouvelle étape en mai, en enfonçant leur dernier plancher en date, qui remontait à 2016. Depuis, ils ont encore nettement baissé.

A ces niveaux, les taux correspondent en moyenne à celui de l’inflation - elle était de 1,1% sur un an en juillet -, ce qui signifie théoriquement que l’on peut presque gagner de l’argent en empruntant.

Toutefois, les chiffres de l’observatoire s’entendent bruts et ne comprennent par exemple pas l’assurance des prêts, systématiquement demandée par le créancier.

Au niveau particulièrement bas des taux, s’ajoute celui historiquement long des délais de remboursement octroyés par les banques. A 229 mois, soit un peu plus de 19 ans, le délai moyen baisse certes un peu par rapport à juin, mais reste proche de niveaux jamais vus.

A lire également