DPE : attribuer les lettres au hasard ne serait pas bien plus faux !

Selon une étude récente, les lettres attribuées au DPE ne seraient pas les bonnes dans 71% des cas.

Publié le

Nouvelle mise en cause de la fiabilité du diagnostic de performance énergétique (DPE)

L’interdiction progressive des passoires thermiques à la location vient à peine d’entrer en vigueur qu’une nouvelle étude met de nouveau en cause la fiabilité du DPE. Une étude signée Hello Watt, conseiller en énergie pour les particuliers, révélée en exclusivité par BFM Business. Le résultat est consternant : 71% des notes de performance énergétique attribuées aujourd’hui aux logements seraient fausses. 2 lettres d’écart dans 31% des cas !

Attention, les écarts ne sont pas forcément en défaveur du propriétaire. Il y aurait autant d’erreurs dans les deux sens. La plateforme Hello Watt a comparé les notes de plusieurs centaines de logements à leur consommation réelle. Dans 40% des cas, il y a une note d’écart avec la réalité. Dans 31%, ce sont même 2 étiquettes voire plus, à l’image de cet appartement classé G alors que dans les faits, sa consommation aurait dû lui permettre de décrocher un C. Manque d’encadrement des diagnostiqueurs

Hello Watt met en cause le manque d’informations sur le bâti mais aussi le manque d’encadrement et de formation des diagnostiqueurs. Attribuer les DPE au hasard ne serait pas tellement plus faux

La situation est à ce point invraisemblable que Hello Watt s’est rendu compte que si on attribuait les notes au hasard en tenant compte des grands équilibres déjà connus, on arriverait plus ou moins aux mêmes résultats : autrement dit 25% de DPE justes en aléatoire, contre 29% dans la réalité.

Avis

Vos avis : DPE : attribuer les lettres au hasard ne serait pas bien plus faux ! Notation : /5

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.