Taux d'intérêts immobiliers


Taux fixes moyens de marché des crédits immobiliers - Données actualisées au 03/07/2019
Durées de crédit Taux moyens
7 ans 0,70 %
10 ans 0,85 %
15 ans 1,10 %
20 ans 1,25 %
25 ans 1,50 %
30 ans 1,80 %
(*) Mise à jour effectuée le 03/07/2019 . Taux hors assurance obligatoire et optionnelle. Taux moyens de marché (avec 20% d'apport), calculés sur les relevés des courtiers en crédits immobiliers. Données indicatives uniquement.

Taux crédits consommation

Liste non exhaustive des offres de crédits à la consommation
Établissements Taux d'appel - TAEG Fixes (1)
ONEY (ex. Banque Accord) 0.70 %
YOUNITED CREDIT 0.90 %
(1) Taux d'appel hors assurance obligatoire et optionnelle. Données indicatives uniquement. Le taux d'appel représente le meilleur taux possible pour une durée et un montant donné, le taux TAEG fixe proposé varie en fonction du montant et de la durée d'emprunt.
Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.



En appel, le propriétaire du château Diter, à Grasse, reconnaît des erreurs

Patrick Diter, propriétaire à Grasse d’un vaste palais de style Renaissance qui avait été condamné en première instance à détruire l’ensemble des constructions réalisées sur sa propriété depuis 2006, a reconnu lundi en appel des erreurs, laissant entendre qu’il était prêt à la démolir.

Publié le

En appel, le propriétaire du château Diter, à Grasse, reconnaît des "erreurs"

"Est-ce que vous êtes prêt à démolir" les bâtiments faits en dehors de tout permis de construire ? lui a demandé le président de la cour d’appel d’Aix-en-Provence, Eric Cibiel. "Oui, j’ai fait des erreurs", a répondu M. Diter, qui reconnaît notamment la construction d’une piscine sans autorisation.

En première instance, le tribubal de Grasse avait ordonné la démolition de l’ensemble des constructions réalisées depuis 2006. Les juges, suivant les réquisitions du parquet avaient alors considéré que le permis initial obtenu en 2006 par M. Diter l’avait été frauduleusement, entachant ainsi l’ensemble des constructions entreprises depuis cette date pour une surface totale de 3 000 m2, comprenant notamment une piscine, un héliport et une route de 600 m2 tracée, tout aussi illégalement, dans un espace boisé classé.

M. Diter avait également condamné à remettre en l’état la propriété telle qu’elle était avant 2006, soit une modeste bastide de 200 m2.

Absent lors de ce délibéré, M. Diter avait également été condamné à trois mois d’emprisonnement avec sursis et à une amende de 100.000 euros, une somme toutefois bien inférieure aux réquisitions du parquet, dont le total des amendes demandées lors de l’audience qui s’était tenue en avril 2017 dépassait les 200 millions d’euros.

La propriété avait été estimée par le fisc à 57 millions d’euros.

A lire également