Taux d'intérêts immobiliers

Taux fixes moyens de marché des crédits immobiliers - Données actualisées au 05/05/2020
Durées de crédit Taux moyens
7 ans 0,70 %
10 ans 0,85 %
15 ans 1,10 %
20 ans 1,45 %
25 ans 1,65 %
30 ans 1,80 %
(*) Mise à jour effectuée le 05/05/2020 . Taux hors assurance obligatoire et optionnelle. Taux moyens de marché (avec 20% d'apport), calculés sur les relevés des courtiers en crédits immobiliers. Données indicatives uniquement.

Taux crédits consommation

Liste non exhaustive des offres de crédits à la consommation
Établissements Taux d'appel - TAEG Fixes (1)
ONEY (ex. Banque Accord) 0.70 %
YOUNITED CREDIT 0.90 %
(1) Taux d'appel hors assurance obligatoire et optionnelle. Données indicatives uniquement. Le taux d'appel représente le meilleur taux possible pour une durée et un montant donné, le taux TAEG fixe proposé varie en fonction du montant et de la durée d'emprunt.
Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.



France : recul des ventes de logements neufs au 1er trimestre, l’offre se réduit

Les ventes de logements neufs ont reculé de 2,5% au premier trimestre 2019, a annoncé jeudi la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI), s’inquiétant des difficultés à mettre des projets en route en raison des élections municipales de 2020.

Publié le

France : recul des ventes de logements neufs au 1er trimestre, l’offre se réduit

La baisse de 2,5% "s’applique à un volume qui reste élevé ", précise la FPI dans un communiqué. Elle concerne en premier lieu les ventes en bloc (-10,3%), les ventes aux particuliers reculant dans une moindre mesure (-1,2%).

"Le marché est bon, le problème c’est la production. La production est compliquée. (...) Les municipales sont un frein puissant", a commenté lors d’une conférence de presse Marc Villand, vice-président de la FPI.

Les mises en vente, témoin de l’offre disponible, ont ainsi chuté de 36,9% par rapport au premier trimestre 2018, soit près de 13.000 logements en moins, pour s’établir à 21.685, soit le premier trimestre le plus faible enregistré depuis 2014.

Parallèlement, les prix ont grimpé de près de 2% sur ces trois mois, par rapport à la même période l’an passé.

"Cette baisse de l’offre a deux explications : depuis un an, les maires accordent moins de permis de construire, du fait des élections municipales de 2020 (...) et lorsque les permis sont obtenus, les projets sont plus difficiles à faire aboutir, pour des raisons liées aux coûts de travaux, à la disponibilité des entreprises ou aux recours contentieux", souligne la FPI.

"Ces élections municipales vont peser encore plus que les autres", estime Marc Villand, citant notamment la multiplication des listes des candidats.

Il alerte sur un risque de pénurie : "les ventes vont être inexorablement, mathématiquement, freinées par la baisse de l’offre".

Pour répondre à la demande au premier trimestre, les promoteurs ont dû puiser dans le stock, qui baisse de plus de 11% et représente désormais moins de 10 mois de ventes au niveau national.

Sur les 12 mois allant d’avril 2018 à mars 2019, les permis de construire ont diminué de 8,2%, à 445.700, et les mises en chantier ont reculé de 5,2%, à 410.700.

A lire également