Taux d'intérêts immobiliers


Taux fixes moyens de marché des crédits immobiliers - Données actualisées au 07/02/2019
Durées de crédit Taux moyens
7 ans 0,90 %
10 ans 1,10 %
15 ans 1,35 %
20 ans 1,60 %
25 ans 1,85 %
30 ans 2,55 %
(*) Mise à jour effectuée le 07/02/2019 . Taux hors assurance obligatoire et optionnelle. Taux moyens de marché (avec 20% d'apport), calculés sur les relevés des courtiers en crédits immobiliers. Données indicatives uniquement.

Taux crédits consommation

Liste non exhaustive des offres de crédits à la consommation
Établissements Taux d'appel - TAEG Fixes (1)
YOUNITED CREDIT 0.50 %
LA BANQUE POSTALE 1.00 %
CETELEM 1.00 %
BFM 1.10 %
PROGRETIS 2.01 %
MONABANQ 2.20 %
(1) Taux d'appel hors assurance obligatoire et optionnelle. Données indicatives uniquement. Le taux d'appel représente le meilleur taux possible pour une durée et un montant donné, le taux TAEG fixe proposé varie en fonction du montant et de la durée d'emprunt.
Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.



L’artisanat du bâtiment s’attend à souffrir du déclin de la construction

L’artisanat du bâtiment s’attend à voir son activité ralentir au point de quasiment stagner cette année après avoir pâti du mouvement des gilets jaunes et, surtout, face au ralentissement de la construction en France, a estimé mardi sa principale fédération.

Publié le

L’artisanat du bâtiment s’attend à souffrir du déclin de la construction

"On constate un ralentissement de lacroissance depuis deux trimestres" au sein du secteur, a souligné en conférence de presse Patrick Liébus, président de la Confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment , qui regroupe plus de 400.000 entreprises de moins de 20 salariés.

Selon les chiffres compilés par la Capeb auprès de ses adhérents, l’activité de l’artisanat du bâtiment devrait à peine progresser cette année (+0,5% en volume) après une hausse de 2,5% en 2018.

Si cette prévision, globalement semblable à celle donnée fin 2018 par la Fédération française dubâtiment (FFB), principale organisation du secteur, se réalise, cela confirmera la fin d’un cycle de reprise entamé début 2016 après plusieurs années de crise.

"On est sur des systèmes de cycles qui ont changé par rapport à ce que l’on a pu connaître : (ils) sont beaucoup plus courts", a insisté M. Liébus.

Dans l’immédiat, le président de la Capeb estime que le secteur subit un "manque à gagner" lié au mouvement des "gilets jaunes", dont les mobilisations durent depuis la fin 2018 et réclament, autour de revendications multiples, une amélioration du pouvoird’achat.

"On le ressent et on va le ressentir le premier trimestre 2019 : (...) dans certains cas, les travaux ont été carrément arrêtés" à l’initiative non seulement des clients mais aussi des maires par mesure de sécurité, a expliqué M. Liébus.

Toutefois, "ça redémarrera", a-t-il souligné, rappelant au passage que "dans ceux qui manifestent, il ne faut pas oublier qu’il y a aussi des artisans".

Si l’artisanat du bâtiment s’attend à ralentir durablement le rythme, en particulier au second semestre 2019, c’est surtout à cause du ralentissement de la construction en France, dont les chiffres seront donnés lundi pour l’ensemble de l’an dernier.

Cette pause, qui intervient après deux ans de hausse régulière, frappe immeubles comme maisons individuelles, et dure environ depuis le début 2018 alors que le président, Emmanuel Macron, avait promis un "choc d’offre" dans les premiers temps du quinquennat.

"On attend encore", a regretté M. Liébus, évoquant "un manque d’envergure" des mesures gouvernementales, notamment au sein de la loi dite "Elan" promulguée l’an dernier sur le logement.

A lire également