Taux d'intérêts immobiliers


Taux fixes moyens de marché des crédits immobiliers - Données actualisées au 07/02/2019
Durées de crédit Taux moyens
7 ans 0,90 %
10 ans 1,10 %
15 ans 1,35 %
20 ans 1,60 %
25 ans 1,85 %
30 ans 2,55 %
(*) Mise à jour effectuée le 07/02/2019 . Taux hors assurance obligatoire et optionnelle. Taux moyens de marché (avec 20% d'apport), calculés sur les relevés des courtiers en crédits immobiliers. Données indicatives uniquement.

Taux crédits consommation

Liste non exhaustive des offres de crédits à la consommation
Établissements Taux d'appel - TAEG Fixes (1)
YOUNITED CREDIT 0.50 %
LA BANQUE POSTALE 1.00 %
CETELEM 1.00 %
BFM 1.10 %
PROGRETIS 2.01 %
MONABANQ 2.20 %
(1) Taux d'appel hors assurance obligatoire et optionnelle. Données indicatives uniquement. Le taux d'appel représente le meilleur taux possible pour une durée et un montant donné, le taux TAEG fixe proposé varie en fonction du montant et de la durée d'emprunt.
Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.



Taxer les grosses plus-values immobilières, une piste, dit Le Maire

La taxation des plus-values immobilières, actuellement exonérées pour les résidences principales, est une piste de travail, a déclaré mercredi Bruno Le Maire, ministre de l’Economie, mais seulement pour les très gros biens.

Publié le

Taxer les grosses plus-values immobilières, une "piste", dit Le Maire

"C’est une piste de travail, du moment qu’on parle bien des résidences principales à un niveau très élevé", a déclaré sur France 2 le ministre, interrogé sur l’éventualité de taxer les plus-values à la revente de biens immobiliers.

Emmanuel Macron, le président de la République, a jugé le mois dernier, à l’occasion d’un débat public, "très bonne" l’idée de réguler les plus-values immobilières. Il a qualifié "d’injustice" le fait que des plus-values ne soient "pas taxées" lorsqu’elles suivent l’arrivée d’infrastructures comme la ligne à grande vitesse à Bordeaux.

Ces propos, sur lequel le président n’a pas donné plus de détails, semblent concerner les résidences principales, qui sont effectivement exonérées à la revente. Les autres biens bénéficient d’un abattement progressif en fonction de la durée de détention.

"Qu’on regarde pour les très gros biens immobiliers où visiblement il y a pu avoir un avantage qui peut être taxé, pourquoi pas ?", a déclaré M. Le Maire. "Mais faisons attention aux Français, aux contribuables, nous sommes là pour baisser les impôts", a-t-il nuancé.

"Les Français qui ont acheté une résidence principale 100.000, 150.000, 200.000 euros... Ils la revendent, ils font un bénéfice, on ne va pas taxer ce bénéfice", a-t-il détaillé, estimant que l’exonération était une "bonne chose" dans ce cas de figure.

A lire également